20 août 2014 - Ernestine-Maria et Jean-Albini Ginisty sont déclarés Justes parmi les Nations

A l’appel de Shatta et Bouli Simon, Ernestne et Jean Ginisty ont caché Jean-Claude Simon et lui ont donné leur nom. Ils l’ont protégé jusqu’à la libération. A l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la libération de Moissac, le titre de Justes parmi les Nations leur a été donné et leur nom sera gravé au mémorial de Yad-Vashem. En l’absence de descendants connus, c’est le maire de Moissac, Jean-Michel Henryot qui a reçu le diplôme officiel. Juste retour des choses pour la ville dont le silence des habitants permit le sauvetage de 500 enfants juifs pendant l’occupation nazie.

Voici l’une des deux seules photos connues de Jean Ginisty (deuxième à partir de la droite), à la libération de Moissac en 1944. Nous n’avons retrouvé aucune photo d’Ernestine. Leur seule gloire était leur modestie et leur dignité d’êtres humains.